Accueil Auteurs Parus À paraître Contacts

Faut-il expliquer et excuser Manuel Valls ?

Vous reprendrez bien une petite tranche de sociologie pour finir l’année en beauté ? La réponse d’un sociologue et d’un street-artiste aux propos de l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle 2017.

Éditorial. Nous terminons cette année avec deux ouvrages très différents mais complémentaires, deux ouvrages qui s’engagent et cherchent à comprendre l’époque, une époque où naissent des monstres politiques et ressurgissent quelques fantômes.

Le premier livre est une enquête exceptionnelle signée Achraf ben Brahim. L’Emprise est une plongée dans la djihadosphère. Après avoir fait en 2015, une immersion dans les partis politiques avec Encarté !, il en a fait une, moins amusante mais tout aussi civique et plus dangereuse, du côté des djihadistes français -et de leurs soutiens sur la Toile.

De la djihadosphère, Achraf Ben Brahim a rapporté des documents et des confidences bruts de djihadistes français : leur conviction idéologique et la culture Daech sont des moteurs de la terreur islamique.

Entretiens bruts, portraits d’islamistes, culture Daech... Ce qu’il a puisé dans le Darknet est édifiant d’une idéologie totalitaire à l’oeuvre et surtout de sa puissance de conviction. Que tout un califat autoproclamé tombe, peu importe, l’impressionnante médiathèque de propagande en ligne, elle, reste et endoctrinera encore. Il faut lire cette enquête, pour comprendre, alerter et mesurer que nous n’en avons pas fini, loin de là, avec ce fléau.

2016, quelle année, quelle Histoire ! Le désordre s’est comme installée sur la table. Donald Trump et toutes les puissances régionales qui se poussent du col... L’horreur syrienne, les migrations et le terrorisme islamiste... Les inégalités et les colères déstabilisatrices de sociétés... Les persistantes pollutions de l’air et de l’air du temps...

Comprendre. C’est notre verbe préféré.

Comprendre, c’est notre verbe préféré. Alors quand l’ancien Premier ministre, Manuel Valls, estimait au lendemain des attentats de 2015 que " expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser" on a été surpris, d’autant plus que l’État n’a pas lésiné sur les fonds spéciaux dédiés au CNRS pour initier des programmes longue-durée sur les attentats, le djihadisme ou l’évolution des victimes. La communauté des chercheurs en sciences sociales en a été meurtri. Le sociologue et directeur de recherche à l’EHESS, Cyril Lemieux, lui répond à sa façon dans Sociographic, avec un drôle de compère, Saint-Oma, l’un des street-artistes les plus originaux de la scène française.

Au sociologue Cyril Lemieux (droite), une démonstration stimulante sur l’utilité citoyenne de la sociologie, et une réponse aux petits oignons à Manuel Valls. Au street-artiste Saint-Oma, la saveur de la provocation de ses dessins d’idées.

Non la sociologie -ou l’horrible "sociologisme"- n’est pas une complice des ennemis de la République. Le chercheur propose 28 petits contes sociologiques, puisées dans l’actualité, et démontre que les sciences sociales peuvent être non seulement nourrissantes et stimulantes pour l’esprit, mais ô combien utiles pour le citoyen comme pour le débat public. Saint-Oma réagit aux récits, offrant ses "dessins d’idées" dont le mode de raisonnement a la saveur de la provocation.

"Les guerres civiles dans les têtes"

Le 15 janvier 2017, Lemieux Éditeur fêtera ses deux ans et entamera vaillant sa troisième année. La période s’annonce riche de réflexions, de débats, de polémiques, mais aussi d’intox.
Deux essais en janvier feront leur travail de réflexion et d’alerte : Blabla république, le nouveau de Philippe-Joseph Salazar. Après le succès national et international de Paroles armées, notre philosophe s’attaque au parler politique mais aussi au blabla médiatique, intellectuel et des réseaux sociaux : saignant et indispensable en cette longue période électorale.

Charles Rojzman depuis trente ans exerce le métier de "thérapeute social", qu’il a inventé. De l’Europe à Kigali, de Johannesburg à Washington, en passant par Israël, on fait appel à cet homme pour déminer des situations humaines explosives dans des entreprises, des quartiers difficiles, des petites villes sous tension ou des sociétés humaines sous pression. Or, depuis cinq ans, notre thérapeute social voit clairement s’installer "les guerres civiles dans les têtes". Sommes-nous en train de devenir fous ?
Dans Vers les guerres civiles, il nous fait toucher du doigt ces violences à fleur de peau qui contaminent toute la planète, et plutôt que de baisser les bras, nous propose quelques outils pour prévenir la haine.

En attendant, nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année et tous les moyens de la finir en beauté et au plus vite.



Poster un nouveau commentaire
Parus | À paraître | Contacts | Mentions légales | Administration
Copyright © 2014 - 2016 Lemieux éditeur| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.